Démocratisation de la chirurgie esthétique oblige, de plus en plus de jeunes femmes débutent une grossesse après une augmentation mammaire. Une étude australienne vient de publier ses conclusions sur l’impact de cette opération esthétique sur l’allaitement.

 

Ont-elles davantage recours au complément de lait infantile ou pas ? La chirurgie est-elle seule en cause dans l’échec d’un allaitement exclusif après augmentation mammaire ? C’est à ces questions qu’une équipe de chercheurs australiens a tenté de répondre à partir d’études existantes. Surprise : bien que la pratique de l’augmentation mammaire ne soit pas récente et concerne un nombre conséquent de jeunes femmes depuis une vingtaine d’années, il y a curieusement peu d’études scientifiques autour de ce sujet. Les chercheurs australiens se sont donc appuyés sur seulement trois études analysant le pourcentage de mamans allaitantes, avec ou sans prothèses mammaires.

30% en allaitement mixte

Selon l’un de ces travaux, la présence de prothèses ne serait pas un facteur d’hésitation pour allaiter. Mais dans une belle unanimité, les trois études constatent que les femmes opérées ont moins de chances de pouvoir mener un allaitement exclusif. Selon les chiffres avancés par les chercheurs australiens, une mère sur trois ayant subi une opération d’augmentation mammaire aurait recours à des compléments de lait infantile industriels. Si les études existantes ne permettent pas de savoir précisément le pourquoi de ce phénomène, les chercheurs australiens ont tenté d’apporter des éléments de réponse.

Les explications possibles

L’un d’eux repose sur le constat que pendant la pose des prothèses mammaires, des canaux lactifères auraient pu être sectionnés, que du tissu glandulaire aurait pu être abîmé et/ou des nerfs coupés. L’implant, une fois posé, pourrait appuyer sur les tissus mammaires, endommageant les cellules lactifères et bloquant les canaux. D’où une production de lait moindre, nécessitant des compléments de lait infantile industriel.

Ceci étant, la chirurgie ne serait pas forcément seule en cause, mais aussi les raisons de la chirurgie : les chercheurs australiens notent en effet que les jeunes femmes ayant recours à la chirurgie mammaire en raison de seins peu développés ou asymétriques souffrent parfois hypoplasie mammaire. Une autre cause d’échec de l’allaitement exclusif.
Reste aussi la possibilité que les jeunes femmes ayant eu recours à une augmentation mammaire aient un rapport perturbé avec cette partie de leur corps et doutent de leur capacité à mener à terme un allaitement. Ce regard plus circonstancié, voire négatif, sur leur capacité à allaiter pourraient expliquer qu’elles fassent appel à une complémentation en lait infantile pour leur bébé.

Sur ces bases de travail s’ancre un constat : face à l’augmentation des interventions esthétiques sur les femmes en âge de procréer, des études complémentaires sont nécessaires pour analyser plus avant l’impact de l’augmentation mammaire sur l’allaitement et permettre à davantage de jeunes mères d’allaiter exclusivement leur bébé.

Sources Maman Eprouvette, à partir des études Schiff M, Algert CS, Ampt A, Sywak MS, Roberts CL. (2014) The impact of cosmetic breast implants on breastfeeding: a systematic review and meta-analysis. Int Breastfeed J., 9:17.

 

Laisser un commentaire