Le pronostic neuro-développemental des grands prématurés se joue dans la substance blanche. C’est donc ce qui amène à explorer le cerveau de ces bébés par échographie en unité néonatale et IRM près du terme, pour déceler précocement des lésions macroscopiques péjoratives : leucomalacie périventriculaire, hémorragie intraventriculaire (de grade 3 ou 4), dilatation ventriculaire, diminution du volume de la substance blanche, amincissement du corps calleux…

Pourquoi l’imagerie du tenseur de diffusion ?

Sachant qu’une IRM « normale » ne permet pas d’exclure totalement des anomalies de la microstructure de la substance blanche ni des troubles du développement, une équipe de chercheurs a mené une étude auprès de 21 prématurés nés à 28 ± 3 semaines et présentant une IRM cérébrale apparemment normale, leur faisant passer une imagerie du tenseur de diffusion (DTI) au terme de 38 ± 2 semaines et à l’âge corrigé de 1 an, ainsi que les tests des échelles de Bayley II à l’âge corrigé de 1 an.

Les DTI ont révélé des anomalies diffuses de la microstructure de la substance blanche à 38 semaines, qui n’étaient retrouvées que dans le corps calleux à l’âge corrigé de 1 an. Les fractions d’anisotropie de la substance blanche des prématurés étaient significativement inférieures à celles de témoins nés à terme, dans tout le cerveau près du terme et seulement dans le corps calleux à 1 an (cf. les cartes des fractions d’anisotropie moyennes, obtenues avec un outil statistique, et la comparaison des fractions d’anisotropie dans trois régions d’intérêt).

Pour les auteurs, les données des DTI suggèrent que les grands prématurés présentent à la fois un retard de myélinisation de toute la substance blanche et une anomalie plus durable de la myélinisation des fibres nerveuses interhémisphériques. Les échelles de Bayley II ont montré une dissociation entre un indice psychomoteur (PDI), bas, et un indice mental (MDI), normal, à l’âge corrigé de 1 an. Les indices PDI de huit prématurés sur 21 (38 %) étaient inférieurs à 85. L’indice PDI moyen des prématurés était significativement inférieur à celui de témoins nés à terme (87 ± 16 versus 103 ± 19 ; p < 0,05).

L’indice PDI des prématurés et des témoins réunis (n = 41) était positivement corrélé à la fraction d’anisotropie du corps calleux (R partiel = 0,42 en analyse multivariée, après ajustement par l’âge gestationnel et d’autres variables cliniques). La corrélation concernait surtout le corps et le bourrelet du corps calleux, par lesquels passent les fibres reliant respectivement les aires motrices et les aires visuelles du cortex cérébral.

Qu’en déduire ?

Les principales limites de cette étude de type cas-contrôle sont sa petite taille et sa durée réduite. C’est peut-être la raison pour laquelle elle n’a pas mis en évidence de différence entre les indices MDI des prématurés et des enfants nés à terme. Au total, les anomalies de la microstructure de la substance blanche permettent de comprendre les troubles moteurs que présentent certains grands prématurés qui ont une IRM « normale » près du terme théorique, mais la place exacte de la DTI dans le bilan de la grande prématurité reste à définir.

Sources Journal International de médecine / Dr Jean-Marc Retbi.

Références de l’étude
Shim S-Y et coll. : Serial diffusion tensor images during infancy and their relationship to neuromotor outcomes in preterm infants. Neonatology 2014; 106: 348-354

Laisser un commentaire