A l’ère d’internet et des forums où les avis des « copinautes » sont mieux reçus que ceux des professionnels de santé, comment conseiller la patiente ? Tout interdire ou tout autoriser ? Où se situe le juste milieu des précautions ?

La prévention de la listéria 

Entre le début 2010 et juillet 2013, l’Institut Pasteur a recensé 107 cas de transmission materno-fœtale de Listeria. Cette bactérie est détruite après une cuisson de 30 minutes à 60°C, mais elle peut résister à la congélation. Pour prévenir la pathologie, il est donc recommandé d’éviter un certain nombre d’aliments.

Les fromages : à pâte molle (camembert, brie), à croûte lavée (pont l’évêque, munster), tous ceux à base de lait cru, les râpés. Il est aussi conseillé de retirer la croûte des fromages.

La charcuterie : rillettes, pâté, foie gras et les produits en gelée.

La viande crue : les mêmes précautions concernent la viande peu cuite. Mieux vaut une cuisson longue.

Les produits de la mer crus : coquillages, poissons et les produits fumés.

La prévention de la toxoplasmose 

Seulement 36% des femmes enceintes étaient immunisées en 2010. Il y a environ 200 à 240 cas/an de séroconversion toxoplasmose pendant la grossesse (2,5 à 2,8 pour 10 000 naissances). En cas de sérologie négative pour la toxoplasmose, il est recommandé de bien cuire la viande, de laver soigneusement les fruits, les légumes et les plantes aromatiques, d’éviter le contact avec les chats ainsi que le contact avec la terre ou de mettre des gants pour jardiner.

Prévenir les carences vitaminiques

Avant toute utilisation de compléments alimentaires, il faut tout d’abord agir sur les habitudes alimentaires de la patiente et lui conseiller des aliments riches en vitamines.

Les folates (ou vitamine B9) : ils interviennent dans la constitution du système nerveux de l’embryon. Ils sont très présents dans les levures en paillettes (à ajouter dans les salades, par exemple), les épinards, le cresson, la mâche, le melon et les châtaignes. Les autres aliments riches en folates, mais moins concentrés, sont la salade verte, les endives, les choux, les artichauts, les poireaux, les radis, les asperges, les betteraves, les courgettes, les avocats, les lentilles, les bananes, les kiwis, les fruits rouges, les dattes, les figues, les œufs, les fromages et le pain.

Le calcium : il entre en jeu dans la constitution du squelette du fœtus. Il est conseillé de consommer 3 produits laitiers/ jour (lait, yaourt, fromage) en raison de la richesse en calcium. Si la patiente de consomme pas de produits laitiers, il faut lui conseiller les eaux minérales riches en calcium (supérieures à 150 mg/L). Les produits à base de soja sont riches en calcium, mais il ne faut pas en consommer plus de 1 par jour. Il est inutile de prendre des compléments en calcium.

La vitamine D : elle permet l’absorption du calcium et intervient dans la minéralisation du squelette. Cette vitamine est fabriquée par l’organisme grâce à l’action du soleil sur la peau. Elle est également présente dans les poissons gras tels que la sardine, le saumon et le thon. Une supplémentation en vitamine D est conseillée aux alentours de 26 SA.

Le fer : on le trouve principalement dans la viande, le poisson et le boudin noir (uniquement bien cuit), mais également dans les légumes secs : lentilles, les haricots blancs, pois chiches… La supplémentation préventive n’est pas dénuée de risques. Il est important de ne proposer une supplémentation martiale qu’en cas d’anémie avérée, après la réalisation d’une numération de formule sanguine avec une ferritinémie.

L’iode : elle intervient dans le bon fonctionnement de la thyroïde et dans le développement du cerveau du fœtus. On la retrouve dans les crustacés (bien cuits), les poissons de mer (cabillaud, morue, merlan, thon, lieu, hareng, sardine, raie…), les produits laitiers, les œufs, le sel iodé.

Les précautions indispensables à signaler

Limiter la consommation en caféine : 3 tasses/jour maximum.

Eviter certains aliments : le foie (trop riche en vitamine A), les produits à base de soja qui contiennent des phyto-estrogènes (limités à 1/jour), les produits enrichis en phytostérols (les éventuels risques ne sont pas connus).

Abstinence totale de produits toxiques : tabac, alcool et drogues sont totalement contre-indiqués.

Une réponse

Laisser un commentaire