L’annonce est tombée le 18 Septembre : dans le cadre de la réforme des systèmes de santé, le numérus clausus qui conditionnait l’entrée des étudiants dans les études médicales va être supprimé. A la place, le gouvernement entend mettre en place des nouvelles procédures sélectives. L’ordre des Sages Femmes nous donne son avis sur cette réforme et explique ses attentes vis-à-vis de la refonte des études médicales.

Jugez-vous qu’il était nécessaire de réformer les études médicales et la sélection des étudiants ? Si oui en quoi le système actuel n’était pas satisfaisant ?

Le système de sélection actuel, c’est-à-dire la PACES, n’est pas satisfaisant puisque les étudiants ne sont pas jugés sur leur capacité à être potentiellement de bons soignants – tant dans leur approche scientifique qu’humaine – mais sur leur capacité à restituer une somme phénoménale de connaissances acquises au cours de cette année. Cette première année très éprouvante pour les étudiants exclut par ailleurs nombre d’étudiants qui n’ont pas suivi des études scientifiques dans le secondaire, ce qui est dommage.

Pensez-vous que l’arrêt du numerus clausus soit une bonne chose ?

Actuellement, nous ne savons pas quel système va se substituer au numerus clausus. En effet, sa suppression annoncée ne signifie pas une dérégulation quantitative de l’offre de formation. Les modalités de sélection vont persister et nous ne pourrons juger de leur pertinence que lorsque nous en saurons plus.

Qu’attendez-vous de la réforme des études de santé pour les sages-femmes ?

Nous espérons que cette réforme annoncée sera enfin l’occasion pour la formation des sages-femmes d’intégrer pleinement l’université. Actuellement, la formation initiale des sages-femmes se déroule principalement (une seule école est une composante universitaire autonome), la recherche pourtant fondamentale pour la science des sages-femmes – la maïeutique – est extrêmement complexe à développer, le statut des enseignants est très imparfait. Aussi, à l’heure où l’interdisciplinarité est louée, nous espérons que cette réforme sera une occasion pour les Ministères de l’enseignement supérieur et de la santé d’entendre les attentes des sages-femmes.

Savez-vous si vous allez vous être consulté par le gouvernement sur la réforme des études médicales ?

Nous n’avons pas encore été sollicités par le Gouvernement sur cette question mais il nous semble en effet indispensable d’être associés aux évolutions des études médicales.

Laisser un commentaire